Education, Uncategorized

Challenge for a better world

Sois le changement que tu veux voir dans le monde

– Gandhi

Le vendredi 24 et samedi 25 septembre 2021 aura lieu au Lycée classique de Diekirch la toute première édition de Challenge For A Better World, un évènement inédit organisé par la Fondation Follereau Luxembourg dans le cadre de ses missions de sensibilisation et d’éducation au développement durable.

ALLI asbl a collaboré à l’organisation de cet événement, qui nous l’espérons sera inspirant.
Nous y serons, venez nous retrouver pour échanger, partager, discuter, rêver, oser, fêter, être et devenir ensemble ! Soyons le changement.

Table ronde 24.09.2021
Vers une éducation holistique, consciente et vivante ?

Au programme le 25.09.2021: Ateliers, films, théâtre, danse, musique…


https://ffl.lu/2021/08/challenge-for-a-better-world/
Uncategorized

ORDRE DU JOUR 12.03.21

Chers membres,

Nous avons l’honneur de vous inviter à participer à l’assemblée générale ordinaire de l’association ALLI asbl. Celle-ci aura lieu le vendredi 12 mars 2021 à 18h en virtuel. Un lien ZOOM vous sera communiqué le 12 mars à 17h au plus tard. 

Les délibérations porteront sur l’ordre du jour suivant :

1.    Présentation du rapport d’activité  et des projets en cours;

2.    Approbation des comptes 2020 et du budget 2021;

3.    Nomination et révocation du président, du vice-président et du réviseur de caisse et changement des statuts.

4.    Renouvellement, nomination et révocation des membres du conseil d’administration ;

5.    Questions diverses des participants

Nous vous rappelons que conformément aux dispositions des statuts et du règlement intérieur :

·      L’assemblée générale ordinaire ne peut délibérer que si plus de la moitié des membres sont présents et aux 2/3 pour la nomination de la présidenceVotre présence à cette assemblée générale est nécessaireEn cas d’empêchement, vous avez la possibilité de vous faire représenter par un mandataire de votre choix, muni d’une procuration (nous informer par Email à alliasbl@gmail.com)

·      Le droit de participer à l’assemblée est réservé aux seuls membres 2020 et 2021 à jour de leur cotisation à la date du 12.03.2021.

Nous espérons vous y retrouver suffisamment nombreux et organiserons une réunion en présentiel dès que possible.

Comité ALLI asbl

Uncategorized

Assemblée générale et divers

Deutsch folgt / English below

Bonjour,

1. L’assemblée générale de ALLI asbl se tiendra en virtuel le 12 mars 2021 à 18h. Nous communiquerons un lien zoom à nos membres 2020 et nouveaux membres 2021 ainsi que l’ordre du jour deux semaines au préalable. Infos pour devenir membre à la fin de ce mail. 

2. LuDUS, le premier lieu d’apprentissage démocratique au Luxembourg, ouvre ses portes en septembre 2021. Plus d’infos ici https://www.ludus.lu

3. Notre association fonctionne uniquement sur base de volontariat et en fonction de nos disponibilités. Les projets ne manquent pas et les idées et volontaires sont les bienvenus. Si vous êtes intéressés, merci de nous informer par mail à alliasbl@gmail.com.

4. Suite à la publication de notre lettre à la Commissaire des droits de l’homme, nous avons été invité à présenter un atelier à la conférence en ligne AERO samedi 13 février 2021 à 9h30 (en anglais):Education as liberation, not imposition.

—————————————–

Moien,

1. Die Generalversammlung von ALLI asbl wird am 12. März 2021 um 18 Uhr virtuell abgehalten. Wir werden unseren Mitgliedern aus 2020 und den neuen Mitgliedern aus 2021 zwei Wochen vorher einen Zoom-Link sowie die Tagesordnung kommunizieren. Infos um Mitglied zu werden am Ende dieses Mails.

2. LuDUS, der erste demokratische Lernort in Luxembourg, öffnet im September 2021 seine Pforten ! Mehr Infos hier https://www.ludus.lu

3. Unser Verein arbeitet nur auf freiwilliger Basis und je nach Verfügbarkeit der Mitglieder. An Projekten und Ideen mangelt es nicht, und freiwillige Helfer sind willkommen. Wenn Sie Interesse und  Vorschläge haben, informieren Sie uns bitte per E-Mail an alliasbl@gmail.com.

4. Nach der Veröffentlichung unseres Briefes vom 13.01.2021 an die Menschenrechtskommissarin wurden wir eingeladen, auf der AERO online Konferenz am Samstag, den 13. Februar 2021 um 9.30 Uhr einen Workshop zu halten : Education as liberation, not imposition.

——————————————-

Hello,

1. ALLI asbl’s general assembly will be held virtually on 12 March 2021 at 6 pm. We will communicate a zoom link to our 2020 members and new 2021 members as well as the agenda two weeks beforehand. Infos to become a member at the end of this mail.

2. LuDUS, the first democratic learning place for young people in Luxembourg, opens its doors in September 2021! More infos here https://www.ludus.lu

3. Our association operates on a voluntary basis only and according to our availability. There is no shortage of projects and ideas and volunteers to help are welcome. If you are interested, please let us know by email at alliasbl@gmail.com.

4. Following the publication of our recent letter to the Commissioner for Human Rights, we have been invited to present a workshop at the AERO online conference on Saturday 13 February 2021 at 9.30 am : Education as liberation, not imposition.

le Conseil d’administration

 

Association Luxembourgeoise pour la Liberté d’instruction

Verein für freie Bildung – Association for freedom of education

 

www.alliasbl.lu

www.fhree.org

www.freetolearnluxembourg.eu

D’Bildungsfraïheet erméiglecht eng nohalteg Entwécklung vu Jiddwerengem sengem Potenzial an eiser Societéit a nei Bildungsweeër opzemaachen.
Member ginn  http://alliasbl.lu/de/mitglied-werden/  

La liberté d’instruction permet le développement durable du potentiel individuel dans notre société et ouvre de nouvelles voies pour les générations futures.
Devenir membre  http://alliasbl.lu/devenire-membre/ 

Freedom of education enables the sustainable development of the individual’s potential in our society and opens new educational paths for future generations.
Become a member http://alliasbl.lu/en/become-a-member/ 

Bildungsfreiheit ermöglicht die nachhaltige Potenzialentfaltung des Einzelnen in unserer Gesellschaft und die Eröffnung neuer Bildungswege.Mitglied werden  http://alliasbl.lu/de/mitglied-werden/   

IBAN : LU81 1111 7028 1045 0000  (CCPLLULL) 
(contact: alliasbl@gmail.com)
Education, Homeschooling, Uncategorized

Eileen a choisi une voie d’éducation autodirigée

Traduction de l’article de Sarita Rao par Georges Pfeiffenschneider
https://luxtimes.lu/education-and-family/42400-eileen-chose-a-self-directed-path-to-education

L’apprentissage autonome gagne en popularité, car les parents se demandent si une éducation traditionnelle permettra à leurs enfants de s’équiper pour l’avenir. Une adolescente qui a pris ce chemin n’a jamais regardé en arrière.

À huit ans, Eileen détestait l’école. “Je ne voulais plus y aller. Je savais que je n’aimais pas ça”, se souvient-elle. Eileen avait fréquenté l’école publique Eis Schoul, conçue pour travailler selon les principes d’une école démocratique libre. Dans la pratique, cependant, Eileen se sentait toujours limitée.

“J’aimais lire, et mon professeur me laissait aller à la bibliothèque, mais un autre professeur me disait que je n’avais pas le droit d’y aller”, dit-elle.

Son père, Max Sauber, estime que le système éducatif traditionnel est une forme d’éducation coercitive. Il avait initialement inscrit sa fille dans un jardin d’enfants Montessori gratuit en Italie, sur le modèle d’un concept pédagogique de Rebecca Wild, née en Allemagne, et qui encourageait l’apprentissage libre.

Incapable de trouver quelque chose de similaire au Luxembourg, Sauber a pris ce que de nombreux parents pourraient considérer comme une mesure radicale et a gardé Eileen à la maison pour lui permettre de pratiquer l’éducation autodirigée (EAD). “Pour moi, il n’était pas acceptable de forcer l’apprentissage, car l’enfant doit être au centre de sa propre éducation”, explique-t-il.

“Moi j’ai quitté l’école à 16 ans. Je n’ai jamais été vraiment heureux. Je m’ennuyais et j’étais insatisfait, et je suis sûr que je n’étais pas le seul enfant à ressentir cela”, dit-il. Mais ses amis ont vu d’un mauvais œil son choix de retirer Eileen de l’école : “J’ai travaillé comme professeur de musique, et beaucoup de mes amis étaient occupés dans l’éducation ou dans des écoles. Ils l’ont pris personnellement, et beaucoup se sont sentis blessés par notre décision”.

Naturellement curieux

Pourtant, Sauber estime que la plupart des écoles fonctionnent sur l’idée que “les gens, y compris les enfants, sont intrinsèquement mauvais, paresseux, démotivés et qu’on ne peut pas leur faire confiance”. En réalité, les enfants sont curieux et – laissés à eux-mêmes – motivés pour apprendre. “[Alors que] si vous êtes forcé d’obéir à l’école, vous deviendrez un adulte qui pense qu’il est normal de ne pas tenir compte des droits et du consentement des autres”.

Zone de Texte: Les enfants savent quand ils sont prêts à apprendre la lecture ou les mathématiques, dit Je'Anna Clements (en train de lire sur la photo)

Eileen, qui a maintenant 17 ans, a du mal à préciser qu’elle n’est pas scolarisée à domicile, mais qu’elle dirige son propre apprentissage. “J’apprends des choses tous les jours. Je suis libre de faire ce que je veux, quand je veux. J’ai toujours appris les choses que j’avais besoin de savoir. Par exemple, quand j’étais jeune, j’adorais faire de la pâtisserie, mais la quantité dans les recettes était trop importante. J’ai dû utiliser les mathématiques pour faire de plus petites quantités”, se souvient-elle.

Max Sauber a été grandement aidé par les travaux de Peter Gray, professeur de psychologie au Boston College, qui estime que l’éducation est la somme de tout ce qu’une personne apprend pour mener une vie satisfaisante. Selon M. Gray, la plupart de l’éducation se fait naturellement et efficacement en dehors de l’école formelle, par le jeu, l’observation, l’exploration, la conversation et la collaboration. L’EAD imite cela en permettant à un enfant de déterminer le rythme de sa propre éducation, sauf lorsqu’il demande une orientation, par exemple par le biais d’un enseignement démocratique ou à domicile.

Tout le monde a le droit de vote

Riverstone Village est une communauté d’apprentissage tout au long de la vie autogérée en Afrique du Sud où les jeunes suivent leurs propres intérêts en utilisant l’aide des adultes uniquement lorsqu’ils en ressentent le besoin. Les membres du personnel ne décident pas ce que les jeunes apprennent, ni comment et quand, et ils n’évaluent pas les progrès.

“Il n’y a pas de directeur ou de chef d’établissement, tout est décidé par une réunion. Chaque jeune a une voix, tout comme chaque membre du personnel. La réunion fixe les règles, décide de la manière dont le budget sera dépensé et de l’utilisation des ressources. De cette façon, les jeunes sont littéralement responsabilisés au lieu d’étudier théoriquement la démocratie et la responsabilisation”, explique Je’Anna Clements, qui a créé la communauté. “Les jeunes ont la possibilité d’apprendre de leurs erreurs – c’est une façon très concrète d’apprendre”.

La créativité est vitale

Zone de Texte: Les enfants savent quand ils sont prêts à apprendre la lecture ou les mathématiques, dit Je'Anna Clements (en train de lire sur la photo)

Les enfants du village de Riverstone apprennent à résoudre les conflits, à maîtriser leurs émotions et à penser de manière créative, ce qui, selon Mme Clements, est essentiel car les capacités traditionnelles sont moins demandées.

L’accent est mis sur la communication, les compétences sociales et le jeu pour apprendre. “Beaucoup d’adultes font l’erreur de penser que les jeunes ne font que jouer ou bavarder, et n’apprennent pas. En fait, les compétences sociales sont la chose la plus complexe que l’on puisse maîtriser, et il y a une bonne raison pour que les jeunes passent autant de temps à travailler sur ce sujet”, dit-elle. “La résolution des conflits et la négociation, l’empathie, l’éthique, la pensée critique et la conscience de soi ne peuvent s’apprendre que par l’interaction dans la vie réelle”, ajoute-t-elle.

Les gens pensent qu’il est difficile d’apprendre à lire ou à faire des mathématiques, dit Mme Clements, mais c’est souvent le cas parce que les enfants reçoivent tous le même enseignement en même temps – souvent avant qu’ils ne soient prêts. “Dans l’EAD, nous ne considérons pas la lecture et les mathématiques comme plus importantes que la peinture et la couture. Ce qui compte, c’est que les jeunes fassent ce qui leur plaît pour qu’ils puissent prendre confiance en eux. Quand la confiance est élevée, ils apprennent naturellement à lire et à faire des maths, une fois qu’ils sont vraiment prêts et qu’ils trouvent une raison qui a un sens pour eux”, explique Mme Clements.

Les signes révélateurs que votre enfant pourrait ne pas être à sa place dans l’enseignement ordinaire sont un enfant qui dit constamment qu’il déteste l’école, qui tergiverse à propos de ses devoirs, qui semble toujours fatigué après les cours ou qui est en conflit à l’école, dit Clements, citant un article de Jerry Mintz. “Ce n’est pas parce qu’un enfant semble s’en sortir que la situation est bonne pour lui. Il y a souvent un coût caché, à long terme”, dit-elle.

Le plus grand obstacle à surmonter lorsqu’on envisage l’EAD est de se sentir seul et incertain, dit Clements. C’est pourquoi Sauber a rejoint l’ALLI asbl*, un forum pour les parents. Les parents n’ont pas besoin de qualifications pédagogiques, dit Clements, mais doivent prendre le temps de soutenir les enfants, en agissant comme des facilitateurs et non comme des enseignants. Elle a soutenu un certain nombre de parents célibataires et actifs qui souhaitaient que leur enfant suive l’EAD.

Au début, Sauber n’avait pas une idée précise de ce à quoi s’attendre. “Mais si vous faites ce saut dans l’inconnu, c’est incroyable ce que vous trouvez. Vous devez faire confiance à votre enfant pour qu’il soit responsable”. Sa fille est d’accord : “Ne vous inquiétez pas qu’un enfant n’apprenne pas, tout ce dont il a besoin viendra au moment où il en aura besoin”. +++

__________________________________________________________________________

*Asssociation luxembourgeoise pour la liberté d’instruction

Article de Sarita Rao paru dans le Luxembourg Times le 28.11.2020